Le Samu 94

Le SAMU 94 gère 1500 appels par jour.
« Allô le Samu Val-de-Marne bonjour. »Cette phrase, Flore assistante régulatrice, la prononce des centaines de fois chaque jour. Deuxième Samu créé en France (en 1971), celui du 94 installé à l’hôpital Henri Mondor, gère de 1500 à 1600 appels par jour. Dans le cadre de la journée portes ouvertes de l’établissement hospitalier, les visiteurs pourront découvrir ce lieu stratégique du secours dans le département. C’est là que les opérateurs reçoivent tous les appels de personnes en détresse. Une véritable fourmilière qui ne se calme que la nuit, à partir de 23heures. A l’inverse, les téléphones n’arrêtent pas de chauffer lors des mois d’hiver, les week-end et le matin.

Une équipe de 170 personnes
« Votre fils convulse depuis combien de temps ? » interroge Flore. Les opérateurs prennent tous les renseignements indispensables aux médecins régulateurs qui vont ensuite décider du type d’assistance à apporter : ambulances Smur ou privées, pompiers, médecin de garde… « Au début, impulsé par le Pr Pierre Hugenard, le Samu, c’était deux téléphones sur la table », raconte Eric Lecarpentier, directeur adjoint. Aujourd’hui, ils sont 170 à se relayer pour répondre 24 heures sur 24 au 15 .
Mais le Samu 94 se distingue aussi par son hélistation. L’hélicoptère blanc, qui peut se déplacer partout en Île-de-France, est basé à Mondor. En dessous, d’autres véhicules sont stationnés. Le CHU gère aussi la plate-forme nationale logistique qui intervient lors de catastrophes, comme récemment au Népal.

Agnès Vives
(Le Parisien – édition du 30 mai 2015)